24 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

LA REUNION 2017

29/09 Atterrissage à ST DENIS après une nuit de vol tranquille. Je rejoins ST PIERRE dans le sud de l’île en bus , où j’établis mon « camp de base » pour une dizaine de jours .

La pension « CHEZ PAPA DAYA » est située plein coeur de ST PIERRE , à 150 m du front de mer bordé par l’océan indien . C’est un peu communautaire , cuisine ( cuisson limitée au micro onde ) où chacun à un espace réservé dans un frigo , un placard .De nombreux espaces « privatisés » au milieu d’une végétation luxuriante , documentations d’abondance à disposition , salon télé, chambre avec douche ou commune, le concept me va bien . Les PAPA DAYA père et fils sont très accueillants et toujours prêts à rendre service.

Un petit bémol, mais ils n’y sont pour rien , le bruit des établissements  de nuit en fin de semaine .boum boum boum..avec peu de variations.

30/09  plage , l’eau est à 24 ° il y a pire.. j’aperçois au loin une agitation dans l’eau , il s’agit d’une baleine qui batifole , quel spectacle  !  ( j’en verrai d’autres + tard , c’est une « année à baleines à bosses »  )  c’est un spectacle prisé par petits et grands .

BALEINE 2

Au diner , CABRI MASSALE   plat local qui me laisse la bouche en feu , mais c’est succulent . Le rhum arrangé n’était pas mal non plus. le MASSALE est un mélange d’épices locales et le CABRI un ragout de chevreau

Le lendemain , je me propulse vers LA SAGA DU RHUM, à pied , 10 kms a/r bonne préparation pour ce qui m’attend .

SAGA RHUM

 

On a un peu tendance à résumer   le rhum réunionnais au seul rhum « CHARRETTE » qui n’a pas une énorme réputation  . Erreur ! il y a d’excellents vieux rhums tel le  » SAVANNAH ».

02/10  Je visite le TAAF  , terres australes antartiques françaises .

« Les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) sont depuis 1955 un Territoire d’outre-mer doté de l’autonomie administrative et financière.

Cette collectivité d’outre-mer a été créée par la loi du 6 août 1955 abrogeant un décret de 1924 qui rattachait précédemment ces terres au Gouvernement Général de France à Madagascar. Le décret n° 2008-919 du 11 septembre 2008 pris pour l’application du statut des Taaf, est le principal texte de développement.

Les Terres australes et antarctiques françaises sont formées par l’archipel de Crozet, l’archipel des Kerguelen, les îles Saint-Paul et Amsterdam, la terre Adélie et les îles Eparses (depuis la loi du 21 février 2007). Ces dernières rassemblent les îles tropicales de l’archipel des Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India dans le canal du Mozambique et Tromelin au nord de La Réunion.

L’ensemble de ces terres procure à la France une Zone Economique Exclusive (ZEE) de plus de 2 300 000 de km² riches en ressources marines, qui contribuent à donner à la France la deuxième emprise maritime au monde après les Etats-Unis.

La collectivité dispose d’un budget d’environ 26 millions d’euros, alimenté par des ressources propres à hauteur de 80 % (impôts, taxes de mouillage, droits de pêche, philatélie, tourisme…) et par des subventions des ministères des outre-mer et de l’écologie. Une grande partie de ce budget est consacrée aux charges d’affrètement des deux navires (Marion Dufresne II et Astrolabe) qui assurent la desserte maritime des districts. Comme les autres territoires d’outre-mer, elle est associée à l’Union européenne, en tant que PTOM (pays et territoires d’outre-mer) et bénéficie à ce titre d’un régime spécial, en particulier des financements du FED.

Le siège est installé depuis 2000 à Saint-Pierre de la Réunion où il regroupe près de 50 personnes. Il accueille le bureau du préfet, le cabinet du préfet, le secrétariat général et les différents services : la direction des services techniques, la direction des affaires administratives et financières, la direction de la conservation du patrimoine naturel, la direction des pêches et des questions maritimes, le service des affaires juridiques et internationales. »

2 bateaux opèrent sur ce territoire, l’un basé à LA REUNION , le MARION DUFRESNE II , l’autre en AUSTRALIE , l’ASTROLABE . Ils embarquent des passagers lors de missions , soit de ravitaillement des bases , soit de surveillance, au prix de quelques 8000 euros les 3 semaines. Couteux mais certainement inoubliable ..

LEGINE

Le poisson ci-dessus est un LEGINE , 2 ème poisson le plus cher au monde après le thon rouge. C’est un régal , au goût un peu similaire au dos de cabillaud , mais plus fin et gouteux.

03/10 en route pour le piton de la fournaise , j’ai loué une voiture pour 4 jours .

500 marches pour descendre dans la caldéra , et ensuite rejoindre le bord du piton à 2600 m.d’altitude. 5 heures a/r , un panorama impressionnant au bord du cratère , retour au PAS DE BELLECOMBE par les mêmes 500 marches , et des courbatures pour quelques jours liées à ces efforts musculaires inhabituels …

En outre, j’étais parti sans ravitaillement ( ne pensant pas faire toute la rando , mais une fois parti..)  , et quasiment sans eau , j’étais au bord de la défaillance. Pas futé le garçon..

FOURNAISE +

Je dîne d’un ROUGAIL SAUCISSES excellent , ROUGAIL étant une mélange d’épices à base de gimgembre , çà envoie !

04/10 mercredi .  C’est parti, à ST GILLES , à la rencontre des baleines à bosse . A califourchon sur un siège d’un semi-rigide de 250 cv . Cà bondit , çà tape , çà déménage. J’arrive à faire une vidéo à peu près correcte..compte tenu de mon équipement ( appareil de 10 cm*5 ) et de l’instabilité du bateau . Le souffle de la baleine est impressionnant , et il est difficile de la suivre, car elle sonde ( plonge) très fréquemment .

05/10 je parcours la côte est , jusqu’à ST ANDRE  , les traces des éruptions passées sont omniprésentes ..et impressionnantes ! Heureusement , le volcan n’est pas dangereux , car  il ne « pête » pas mais coule à l’exterieur du cratère . il s’agit juste de ne pas être sur son chemin et il a déjà coupé la route qui fait le tour de l’île ..

Les chutes d’eau sur les versants  sont très  nombreuses , l’humidité règne en maitre , la végétation exhubérante ..  je lis que c’est un des  endroits  les plus arrosés au monde

lave (2)

CASCADES

 

DERNIER BULLETIN D’INFORMATIONS
DE L’OBSERVATOIRE DE VOLCANOLOGIE
(1ER DÉCEMBRE 2017)

 

SISMICITÉ

Au mois de novembre 2017, l’OVPF a enregistré 23 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2 km de profondeur) sous les cratères sommitaux ; 3 séismes profonds (> à 2 km de profondeur) ; 317 effondrements (dans le Cratère Dolomieu, au niveau des remparts de l’Enclos )

Les éruptions sont un spectacle couru par tous , le volcan est un peu le gentil dragon de l’île.Certains commerces portent le nom d’une année d’éruption ..

Problême récurrent sur l’île : la circulation automobile et bien sûr les bouchons associés .. je serai content un peu plus tard de rendre mon véhicule , c’est dire.

Ces premiers jours me laissent apprécier la gentillesse des réunionnais , la beauté de leur île , enfin la notre , la qualité de leur accueil ..et de leur nourriture.

Il est vrai que sous les tropiques, le capricorne pour la réunion , tout pousse de manière démesurée et les épices sont omniprésentes . Les marchés sont un régal pour les yeux et pas que pour les yeux , samoussas , nems , bouchons ( croquettes de poulet ou porc ) ont vite fait de sustenter le passant..

Les petites échoppes y  sont légion et offrent ,qui confitures , qui épices, qui artisanat , qui rhums arrangés, qui fruits et légumes etc etc .. je fais le plein

Il y a à proximité du marché un temple TAMOUL magnifique de couleurs , mais que l’on ne peut visiter.. dommage . La réunion est un melting pot  , indiens , chinois , africains , tamouls , malgaches, comoriens , et bien sûr Z’oreilles ( français de métropole ) . Cà semble bien fonctionner , sans heurts particuliers.

TEMPLE

C’ est maintenant le moment d’aller me frotter au must de la randonnée réunionnaise , le cirque de MAFATE , j’ai prévu un circuit de 4 jours , du col de boeufs à LA NOUVELLE  , puis   ROCHE PLATE ,   ensuite MARLA et retour col des boeufs à 2400 m .

La 1ère étape est annoncée facile vers LA NOUVELLE . Bon  , çà ne l’est pas pour moi  malgré un entrainement préalable à mon départ de métropole .. le terrain est chaotique , racines , marches , rochers , çà ne ressemble pas vraiment aux GR des environs de SAINTES que j’ai assidûment fréquentés avant mon départ !

Discutant avec de jeunes locaux autour d’une bière , ceux ci me dissuadent de faire la 2ème étape  qui comporte quelques franchissements de rivière , et longe des a-pics vertigineux ..

Je loge le soir chez YVON GRAVINA , le repas est pris en commun avec d’autres marcheurs , oui bof , YVON bien qu’assez secret me parle un peu. Son épouse est plus branchée bizness , c’est moyen et sans enthousiasme , le lendemain matin le petit dej sera sans jus ni fruits locaux , la confiture venant..de corrèze  . Je veux bien croire que le ravitaillement se fait  non pas par les corbeaux mais par hélicoptère , mais quand même ..

Et oui les cirques ne sont accessibles qu’a pied , ou en hélico mais uniquement pour le ravitaillement , les travaux , les secours ..

il y a quelques a/r tous les matins , les nuages et la brume l’après midi interdisant le plus souvent les vols . Le transport des touristes est maintenant interdit , les nuisances sonores étaient insupportables .

2 ème étape  LA NOUVELLE MARLA   par LES 3 ROCHES

j’y rencontre beaucoup de monde , notamment des allemands , qu’il « faut » saluer en permanence..  je croise de belles cascades et emprunte une passerelle suspendue au-dessus de torrents et chutes . La vue est impressionnante , la passerelle bouge bien , bon…je me dépêche !  j’arrive lessivé , encore une fois , à MARLA où j’ai réservé une place de dortoir , çà n’est pas ce que je préfère .. ,

CHEMIN

PASSERELLE

 

MARLA est une petite commune dotée d’une école où d’ailleurs les écolières « taxent » les passants pour financer une classe de mer ( !)  dans une île voisine , RODRIGUES , dont je n’avais jamais entendu parlé..

 Cirque de Mafate est synonyme d’isolement, de solitude et d’inaccessibilité. Aujourd’hui ce petit morceau de terre au coeur de l’île de la Réunion fait partie du Parc National, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 2010.

En effet, la difficulté de son accès, due à son relief tourmenté et chaotique, empêche la route de pénétrer au cœur de ce sanctuaire naturel. Le cirque est un immense chaudron au fond irrégulier, parsemé ici et là de nombreux îlets où la vie, au fur et à mesure du temps s’est fixée.

Ses habitants sont appelés les Mafatais.

Toute la partie à droite de la rivière des Galets (la Nouvelle, Aurère, Grand-Place, îlet à Bourse, îlet à Malheur ainsi que la Plaine axu sables) dépend de la commune de la Possession, l’autre (Marla, Roche-Plate, Ilet des Orangers) étant rattachée à Saint-Paul. Les habitants de là-haut effectuent leurs démarches et courses à Cilaos pour ce qui concerne Marla, et à Salazie pour les habitants de la Nouvelle. Il existe plusieurs hypothèses pour l’origine de son nom :

- un dérivé du mot Malgache Mafack qui veut dire quelque chose comme « qui pue », en référence à une source aux odeurs de soufre.
- un dérivé de l’adjectif malgache Mahafaty, dont la signification serait « qui tue, dangereux », en référence à l’aspect périlleux des déplacements à cet endroit à l’époque.
- le cirque devrait son nom à un chef marron Mafate qui s’y était réfugié du temps du «marronnage»

Son ancien nom « Mafate les Eaux » lui vient d’un chef esclave malgache qui aurait élu domicile non loin de là. Devenu « Mafate », celui-ci reste jusqu’à aujourd’hui le symbole du marronnage et de la lutte contre l’oppression.

Le Cirque de Mafate accueille chaque année près de 90 000 visiteurs sur plus de 200 Km de sentiers ! Ce site ne peut être accessible que par hélicoptère ou bien à pied grâce aux sites de randonnées mis en place. Il y règne sans cesse un univers calme et propice à la découverte de la nature.

Il est possible d’entrer à Mafate à pied :

- Depuis le cirque de Cilaos par le col du Taïbit.
- Depuis le cirque de Salazie par le col des Bœufs.
- Depuis la côte ouest par le lit de la Rivière des Galets, qui prend sa source dans le cirque ou par la canalisation des Orangers qui offre une vue superbe sur le cirque.
- Depuis les Hauts de l’Ouest par un sentier qui part du sommet du Maïdo (1 000 m de dénivelé négatif pour rejoindre l’îlet de Roche Plate !).

Le Cirque de Mafate possède neuf îlets :

La Nouvelle est îlet le plus habité du cirque de Mafate, 137 habitants recensement 1999, il est situé à plus de 1 400 mètres d’altitude. La construction de la route forestière du Haut Mafate ainsi que les travaux d’adduction d’eau ont joué un rôle important dans le développement de La Nouvelle.

Aurère, situé à 930 mètres d’altitude cet îlet compte environ 90 habitants.

L’îlet à Malheur, porte ce nom suite à un affrontement qui eu lieu là en 1829, les détachements commandés par M. Guichard exterminèrent une quarantaine d’esclaves en fuite.

L’îlet à Bourse, fut complètement déserté après le cyclone de 1948. Il n’a été repeuplé qu’après les travaux d’irrigation de 1969. Il compte aujourd’hui une vingtaine de famille. Une école construite en 1979. 

Grand-Place, se compose de : Grand-Place les Bas couramment appelé Cayenne, de Grand-Place Boutique et de Grand-Place les Hauts. Environ 130 personnes habitent l’ensemble. En 1923 fut construit l’école à cette époque la première du cirque et la seule. L’église de Notre Dame de Lourdes reconstruite et inaugurée le 18 septembre 1970. Une curiosité, la cloche de Cayenne, qui porte l’inscription  » Jésus, Maria, Joseph  » elle est en bronze et en fer et date de 1745.

Les Lataniers est situé à l’extrême nord de la crête des Orangers. Depuis 1986 un captage d’eau a été construit il permet l’irrigation du plateau. Il possède une boutique et un gîte.

Les Orangers, à environ 1 000 mètres d’altitude il compte une vingtaine de familles. Une école a été construite en 1982 et une chapelle en 1984.

Marla, est îlet le plus élevé du cirque 1 645 mètres d’altitude. Son nom viendrait du mot malgache  » marolahy  » qui signifie  » beaucoup de gens  » Autrefois Marla est l’îlet le plus peuplé du cirque avec une centaine d’habitant. Aujourd’hui on y compte une vingtaine de personnes.

Roche Plate, fut parmi les premiers refuges de noirs marrons, situé à environ 1 100 mètres d’altitude l’îlet est un vaste plan incliné en demi cercle. Roche plate possède une école reconstruite en dur en 1953.

Le ravitaillement et l’acheminement des secours se font désormais par hélicoptère, chaque îlet dispose donc d’une piste d’atterrissage d’hélicoptère. Le facteur, lui, effectue encore la distribution du courrier à pied entre les îlets.

La scolarité est assurée jusqu’à la fin du dernier cycle du primaire ; chaque îlet inclut une petite école, souvent d’une seule classe.

Aucun réseau électrique n’est installé dans le cirque ; chaque habitation et gîte d’étape exploite le soleil via des panneaux photovoltaïques disposés généralement sur le toit qui produisent assez d’électricité pour faire fonctionner quelques ampoules basse consommation et de petits appareils. Certains emploient parfois des groupes électrogènes, lorsque les nuages masquent trop longtemps le soleil. L’énergie solaire est également employée pour la production d’eau chaude, avec les chauffe-eau solaires.

Un réseau d’eau est cependant installé, car le lieu est très humide et le précieux liquide y est abondant; à certains endroits, on ne peut faire cent mètres sans croiser un torrent, ou une source.

 

j’ai la chance d’être seul dans le gite qui comprend 8 lits : ouf !

j’ai pour voisins une classe de collégiens auxquels leur professeur a confié un questionnaire sur les origines de LA REUNION . Je suis sollicité ..

Je ferai l’erreur de ne pas dîner avec eux au gite , crainte de l’agitation , dommage çà aurait pu être sympa d’échanger .  Sauvage..

PAT MARLA

 

3ème et dernière étape   MARLA  COL DES  BOEUFS . Parcours annoncé pour 2h45 , je mets une heure de plus , la remontée vers le col me laisse épuisé à l’arrivée ..  Mon sac pesé sur un marché à 12 kgs ne m’a pas aidé..   peut être aussi que l’âge aidant ( çà m’agace ) la récupération est plus compliquée . Au parking du col , un « abruti » de passage insiste sur mon air défait . Lui s’apprête à descendre vers LA NOUVELLE , il est 14h et la brume monte à toute vitesse..

Je fais du stop pour  entrer sur HELL BOURG  ,un couple de belges me prend en charge . Pour « causer » , je leur parle de mes origines paternelles belges. j’évoque aussi le grand BREL mais Madame , jeune  végétarienne intégriste , ne jure que par   JC VAN DAMME .. quel homme !   bon chacun ses idoles !

A HELL BOURG , je me régale d’un poulet à la vanille , vraiment excellent  , le rhum aussi .

la pension TI JACK qui m’accueille mérite le détour , j’y achète quelques miels et autres confitures maisons . C’est un jeune couple qui a repris cette affaire , lui était cuisinier  ils font table d’hôte et quelques produits artisanaux .

08/10  Le Téléphone sonne à 2h du matin. Alarme intrusion à SAINTES ! j’appelle la police à une heure décente , ils vont constater que c’est une fausse alerte . Un capteur s’était décollé.

En bus , je rejoins la côte est où j’ai réservé à STE SUZANNE pension FAREST pour 2 nuits . Cà me laisse le temps de découvrir la nature sauvage et les nombreuses cascades et autres bassins qui invitent à la baignade . Méfiance malgré tout , car s’il pleut fort sur les hauts , le cours d’eau peut se transformer en torrent et tout emporter sur son passage . ( accidents réguliers ) . Je visite aussi une vanilleraie ( la production est faible à la réunion ) où rien n’est mécanisé , ce qui explique le coùt du produit . Le voisin malgache est le 1er producteur mondial .

La vanille fait partie de la famille des Orchidées, c’est d’ailleurs, la seule orchidée dont le fruit est comestible. La famille des vanilles comprend 110 espèces dont seulement 3 sont utilisées pour leur arôme.

Origines de la vanille

La plus aromatique d’entre elles, Vanilla planifolia, est originaire du Mexique, où elle est utilisée par l’homme depuis plus de 2000 ans. Tout d’abord mélangée à de l‘encens et utilisée lors des cérémonies religieuses, la vanille sert ensuite à aromatiser un breuvage réalisé à base de fèves de cacao. La légende dit que l’empereur Aztèque Montézuma accueillit le conquistador Hernan Cortez en lui offrant du chocolat parfumé à la vanille, servi dans des gobelets en or. Importée en Europe dans le milieu du XVIème siècle, la vanille est présente à la table de toutes les cours européennes (Louis XIV étant dit-on grand amateur de vanille).

La vanille à La Réunion

Introduite pour la première fois à la Réunion en 1819 par le capitaine Philibert et le botaniste Perrotet, dans le but d’y être cultivée, la vanille restera une culture confidentielle pendant plus de 20 ans, faute de fructification naturelle (l’abeille fécondant naturellement le vanillier au Mexique n’étant pas présente à la Réunion). Il faudra attendre 1841 pour qu’Edmond Albius, un jeune esclave âgé de 12 ans, trouve le procédé de pollinisation manuelle de la vanille, encore utilisé de nos jours. La culture de la vanille va alors connaitre un développement de grande ampleur sur l’île de La Réunion. Malheureusement, les gousses de vanille se fendent à maturité et perdent de leur valeur commerciale. Il faudra toute l‘ingéniosité de deux producteurs réunionnais : Ernest Loupy et David De Floris pour mettre au point un procédé de préparation de la vanille permettant à la gousse de vanille de développer tout son arôme sans se fendre (procédé toujours utilisé de nos jours).
Grâce à cette découverte majeure, la Réunion deviendra le premier pays producteur de vanille au monde à la fin du XIXème siècle avec près de 200 tonnes de vanille exportées. Partant de la Réunion, la culture de la vanille va ensuite gagner les îles voisines des Comores puis de Madagascar pour y connaître un développement conséquent. Le rôle de la Réunion a donc été déterminant dans le développement de cette épice au niveau mondial.

Le 15 au soir , je rentre à mon camp de base chez PAPA DAYA où je m’installe jusqu’à mon départ , et je loue une voiture pour 2 jours .

ST PIERRE est à mon avis , THE PLACE TO BE à la réunion pour séjourner . Front de mer agréable  et animé , plage  abritée des requins derrière une barrière de corail , restos et bars sympas et de qualité  , accès rapide etc..

J’ai rdv à l’aéroport pour un tour des cirques et pitons en ULM . Nous montons à 3000 m  et les points de vues  sont impressionnants , çà bouge un peu à l’approche des volcans , çà reste raisonnable..  Au retour , belle surprise avec une baleine et son petit qui prennent le bain sous nos ailes .

cilaos

Le lendemain , plongée , plusieurs fois reportée en raison de la houle . Cà n’est pas terrible  , mon oreille gauche  » ne passe pas »  , je ne suis pas suffisamment lesté , puis trop ..

Heureusement çà se termine de façon fabuleuse , avec les cris ? chants ? des baleines ..sous l’eau c’est une impression fantastique !

Un séjour bien sympathique , dans une île surnommée , à juste titre , l’île intense par ses paysages hors normes , sa gastronomie , ses sports et loisirs exceptionnels , et l’accueil de ses habitants .

 

BUDGET               2685

VOYAGE                 800

HEBERGEMENT     745

LOC VOITURE        320

NOURRITURE         400

LOISIRS                  270

DIVERS                  150

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus