30 juillet 2017 ~ 0 Commentaire

SENEGAL MARS 2017

MERCREDI 8 MARS

Voyage sans histoire , après avoir  » serré les fesses » suite à une grêve des controleurs.

Escale à CASABLANCA , 3 H,et atterrissage à DAKAR à 1H30 locales. Longue longue nuit à « glander » à l’aéroport en attendant une heure décente pour rejoindre l’embarcadère de l’ile de GOREE. Les sollicitations pleuvent, qui pour un taxi , qui pour du change « sauvage » qui pour.. c’est un peu opressant , mais je n’ai encore rien vu..  A 8h30 départ de la chaloupe pour GOREE  où j’ai réservé dans une maison d’hôtes  ( 5 chambres )  au charme fou, plusieurs niveaux , des terrasses , des bandaniers à profusion , une chambre éminemment sympathique , bien décorée ( crocos empaillés etc )

L ile de GOREE  est très proche de DAKAR , une navette fait l’ AR quasiment toutes les heures, l’endroit est prisé , quelques notoriétés y ont propriété ( G. SOROS ) . le charme opère aussitôt , les bons petits restos pullulent ..les visiteurs aussi, et comme dans toutes les îles , il faut passer la nuit pour en apprècier le charme ..dès que les visiteurs sont repartis.

La contrepartie de cet eden ? une pression permanente ( le terme est faible ) des vendeurs  , revendeurs, et autres  artisans ( une majorité importante de femmes ) qui ont une technique très au point pour vendre leurs produits . Ce jour trois achats et une promesse pour demain !

C’est à jet continu , vraiment limite , bon avec des femmes çà passe mieux..

l’une d’elles avec laquelle je sympathise,  me trouve à son goût et se propose de me rejoindre le soir dans ma chambre d’hotes.. je suis un peu surpris , mais pas contre d’autant qu’il ne s’agit pas d’une prestation tarifée. Dommage que mon habitation et ses hôtes ne se prêtent pas à ce rendez vous ! 

Un pélican déambule dans les rues , belle bête, les chèvres sont  omniprésentes , les zébus aussi..les ordures également dès que l’on quitte le « devant de la scène » . C’est un problême récurrent au SENEGAL !

Sur la colline de GOREE , 2 énormes canons subsistent , ils sont appelés « les canons de NAVARONNE  » car il semble que certaines scènes du film aient été tournées ici, Après recherches , je ne lirai rien qui corrobore cette affirmation..

GOREE PELICAN

GOREE à la sinistre réputation d’avoir été un lieu de transit pour les esclaves ( noirs bien sur ) qui partaient vers  l’amérique . La maison des esclaves donne à méditer sur les conditions de détention de ces pauvres gens..

GOREE SYMBOLE

 

Vendredi 10 mars . taxi direction LOUGA  . taxi à 7 places qui part ..lorsqu’il est complet . C’est folklo , l’animation de ces gares routières étonnante, çà semble un immense bordel ( désolé..) mais je m’apercevrai plus tard que c’est en fait très organisé , hiérarchisé..  les véhicules sont hors d’age  , j’en refuserai un ..faut pas exagérer !

A NIOMRE , je rejoins mon ami LO , sénégalais que j’ai connu à BOYARDVILLE  , où tous les ans il commerce pendant les vacances scolaires. il travaille au collège de NIOMRE , dans l’administration. L’accueil est chaleureux , la maison confortable , la famille nombreuse.

LO REPAS MANIOC

Nous dinons  , à la lueur d’une pile , de  manioc national  agrémenté de riz . Je dispose d’une cuiller , ainsi que LO sans doute pour ne pas que je me sente seul., toute la famille , une dizaine de personnes , se sert directement dans le plat avec les mains..çà surprend mais bon , chacun ses petites manies ,  le plat est excellent !

Nous faisons le tour du village , LO me présente tout  le monde y compris le maire qui me remet un condensé de sa commune, et des besoins de celle ci . Je vois bien la démarche mais des NIOMRE il y en a des centaines au sénégal , et les besoins sont immenses !

Etre généreux de ci de là bien sur , mais là c’est une autre échelle ..

je passe donc 24 h en immersion totale dans la vie sénégalaise , un excellent moment, quelques remises en question personnelles .Merci encore à LO , et ses épouses ,  que je reverrai cet été avec plaisir.

SAMEDI   11 MARS

taxi ( délabré) pour ST LOUIS , hôtel des grands hommes « chez pierrot ». C’est propre , pas cher, un peu tristounet. Un guide de voyages  annonce resto sur la terrasse, çà fait rire le serveur !  j’entame la visite de l’ile ST LOUIS , qui est le centre de la ville. On y accède par un pont style EIFFEL . La densité de population est impressionnante, les sollicitations le sont tout autant : c ‘est un peu gonflant ( euphémisme ). J’use du bus local , c’est folklo , la préposée chargée de l’encaissement est dans ce qu’il faut bien appeler une cage !  les bus sont bondés , çà coute +- 15 cts d’euro, j’aime bien . Beaucoup de femmes  qui vont ou reviennent du marché chargées de sacs , bassines ..etc. beaucoup de couleurs, des sourires , constante sénégalaise ! ST LOUIS est un haut lieu de pêche, il y a des centaines de pirogues décorées , çà va çà vient , c ‘est impressionnant . Je lis que dans le quartier des pêcheurs , la densité de population égale celle de BOMBAY . Je ne connais pas BOMBAY mais j’imagine ..

Le charretier qui me véhicule me dit qu’il n’y a pas de chômage dans ce quartier . il est vrai qu’avec les marchés, l’activité de commerce est assez phénoménale .

PIROGUES ST LOUIS

LUNDI 13 MARS

Je galère pour trouver un transport vers le parc du DJOUDJ. je finis par y aller seul en taxi , c’est pas cadeau.. le taxi est « DESTROY  » comme beaucoup  , quant aux  » 7 places » certains  sont rébarbatifs .., on en reparlera…

La route est belle au début, puis c’est la piste , on entre dans la « pampa ». Une rencontre insolite ( pour moi) avec des phacochères de belle taille et pas franchement sympathiques, on en croisera régulièrement.

3 heures + tard ( 70 kms ) nous arrivons au campement NJAGABAAR ensemble de 5+6 cases gérées par une association qui promeut le parc et aide les villageois alentour , déplacés à la mise en service du parc..

le campement jouxte un village MAURE , il y a 3 groupes principaux au sénégal , les MAURES LES WOLOFS et les PEULS ( anciens éleveurs nomades )

CAMPEMENT NJAGABAAR 2

Ma case est correcte , douche ( froide mais je m’en moque) , un varan plutôt costaud file quand j’arrive , çà surprend.. La nourriture est excellente les cuisinières charmantes!

Je vais faire un tour dans le village voisin . je m’assied au pied d’un arbre pour bouquiner et très vite plusieurs gamins me rejoignent ..je fais des photos leur montre , rires, le courant passe , je suis adopté !

Au programme donc , visite du parc du DJOUDJ,à 70kms au nord de ST LOUIS , 3ème parc ornithologique au monde . Pour y aller , la charrette , tirée par un cheval , constituée d’un plateau sur lequel on a installé un matelas. Malgré cela, c’est la torture sur la piste cabossée à souhait . Nouvelle rencontre avec les phacochères peu amènes..

PHACO 3

C’est parti pour 4 heures de pirogue ( seul avec le piroguier et AMHET ) dans cet environnement protégé par l’UNESCO. Bon , c’est magique ! et quasi indescriptible. il y a des dizaines de milliers de pélicans , des troupeaux entiers posés sur l’eau , que nous traversons.  ah, un crocodile prend le soleil sur la berge, il plonge en nous voyant approcher… Les pélicans un peu effrayés  décollent sous notre nez , nous arrosent , çà faut du bien la chaleur  est importante. Ce sont quand même de sacrées bêtes ! elles font du bruit , c’est impressionnant ..

DJOUDJ PELICANS BERGECROCO 1

Sur le retour, on aperçoit des pélicans sur des rochers , mais 2 chacals sont présents, affamés et sèment une vraie pagaille !

DJOUDJ PELICANS BERGE

« Le parc national du Djoudj regorge de colonies entières de pélicans et de flamants roses. On y retrouve d’autres espèces d’oiseaux comme le héron pourpre, l’aigrette, le jacana, la spatule, le cormoran, le marabout.

Entre novembre et mai, des oiseaux migrateurs fuyant le froid européen, des échassiers et plusieurs espèces de canards viennent y nicher. Il y a aussi des mammifères, des reptiles, des chacals, des singes, des hyènes et des gazelles.

En bref

Superficie : 16 000 ha

Principaux biotopes : zones humides à eaux douces ou saumâtres, savane sahélienne.

Un des trois principaux sanctuaires d’Afrique Occidentale pour les oiseaux migrateurs paléarctiques : canard pilet (78 000), sarcelle d’été (120 000), canard souchet (6 578). Pour les migrateurs éthiopiens : dendrocygne veuf (8 470), dendrocygne fauve (820), oies de Gambie (640), etc.

En tout près de 350 espèces d’oiseaux dont : pélicans blanc (13 500), flamant rose (18 950), grue couronnée (350), 8 sp de chevalier, 4 sp de bécasseau, etc. Autres : phacochère, Gazella rufifrons, gazelle dorcas, crocodile du Nil, l »

retour en charrette , oh put.., au camp pour assister à la « corvée  d’eau » dans la mare du campement , par les villageoises , ( la pompe du « château d’eau « +- 10 m3 est en panne ) que je filme. avec autorisation . 20 kilos sur la tête enrubannée , pas sur que ce soit bon pour les vertèbres..  Ces femmes sont très élégantes , colorées , dignes..

ane garcons eau

Je fais le tour du village avec le responsable du campement AMETH    ( lui même habitant du village ) , les enfants nous entourent , j’en ai un dans chaque main , malheureusement n’en ai que deux . On va saluer plein de gens dont le chef du village , visage cabossé , ridé ,  il  a 52 ans je lui donne beaucoup plus.. les conditions vie ne sont pas les mêmes en afrique et en europe.. on est là dans l’afrique profonde et authentique . Les corvées d’eau sont récurrentes ( à pied en charrette ) mais c’est pour la lessive et nettoyage , l’eau potable vient du barrage plus loin. Les sourires des enfants , leur proximité , l’un se frotte à mon bras poilu ..son père ne doit pas l’être , l’une ne me lâche pas du début à la fin du parcours , je suis remué..

VILLAGE PEUL ENFANTS PAT

VILLAGE PEUL ENFANTS-remove-redeye

Un peu plus loin , l’instituteur et ses 2 classes de 40 et 20 élèves ..Il faut une belle détermination, mais je ne doute pas que les élèves sont très attentifs.

AMETH me fait part de leurs difficultés, les besoins sont gigantesques et la france parait ( souvent) un eldorado . 

Beaucoup de sénégalais n’ont pas conscience des inégalités et des difficultés à vivre en france avec des revenus proches du smic..

AMETH  a apprécié mes jumelles dans le parc ..je lui en promet une paire que je  lui ferai passer par LO sans doute.

MERCREDI 15 MARS

Journée transports , marathon.vers le SINE SALOUM

AMETH  a emprunté le véhicule du sergent en poste au parc, pour m’emmener au village où je devrais trouver un taxi . nous partons dès 6h , nuit noire, la route n’est pas vraiment tracée, pas d’essuie glaces, pas de gps , mais AMETH maitrise..

TAXI 7

Je me dirige donc en taxi 7 places vers le SINE SALOUM jusqu’à TOUBA puis FATICK. Là changement de taxi  pour un fourgon en tôle , 12 passagers entassés , arrêts incessants  pour montées descentes ,rythmés par les frappes sur la tôle  par un jeune à l’extérieur du fourgon qui surveille la route et informe ainsi le chauffeur …insupportable ! un dernier taxi et me voilà arrivé à NDANGANE au campement LE CORMORAN tenu par la charmante FLORENCE . La piscine me tend les bras , un mojito plus tard , çà repart !  l’endroit est idéalement placé , tout proche du fleuve , ma case confortable , le personnel charmant ,  la nourriture excellente ..

Bien entendu , je suis « alpagué » dès que je passe devant un magasin de fringues tenu par une sénégalaise sympathique.. j’achète paréo et petite robe pour MATHILDE , j’espère que çà lui plaira.

JEUDI 16 MARS

Destination MAR LODGE ile du delta di SINE SALOUM    .je rejoins l’embarcadère en scooter derrière un gamin qui fait « taxi » . j’emprunte la pirogue publique après +- 2 heures d’attente ( prix à payer pour cotoyer la population locale ) , et chargement matériaux , marchandises , moutons et nous.. la pirogue fait 15 m , nous sommes +- 30 passagers , je suis le seul « blanc » comme toujours dans les transports « locaux »..

j‘ai le temps de lier conversation avec un sénégalais , nous parlons de l’islam ..qui est bien compliqué à comprendre avec ses nombreuses « chapelles ».. Nous en venons à parler de la circoncision dont je ne savais pas qu’elle avait été pratiquée par la religion catholique. Mais bien sur  que si me dit il en baissant son pantalon et me montrant son sexe « opéré » ! moment de franche rigolade..

la visite de l’ile est rapide , je déjeune d’un barracuda ( excellent) me baigne ,  il y a pire..

En attendant la pirogue retour, repapotage avec mon nouvel ami , à nouveau 1h et demi d’attente , chargement matériaux , animaux etc..

VENDREDI 17 MARS

visite des alentours en taxi , notamment d’exploitations de sel où oeuvrent principalement des femmes , plus loin vers la pointe de SANGOMAR nous longeons l’océan et rendons visite à ROSE , connaissance du taxi , qui tient un campement sur la plage , où une épave subsiste.. L’endroit est sauvage à souhait , çà me convient. Chaque case a accès à l’électricité via des panneaux solaires, c’est luxe !

SAMEDI 18  MARS

Retour vers DAKAR en taxi , çà me coute un bras mais bon les taxis 7 places j’ai donné ! Dernière nuit à NGOR , cité balnéaire de DAKAR . Au déjeuner ,j’ai la surprise de voir une poule manger dans mon assiette ! composée d’un poulet basquaise ..( oui je sais , au sénégal)

j’ai un peu de peine à m’en débarrasser , il semble qu’elle fasse partie de l’établissement … un peu plus tard j’observerai un nettoyage de moutons en règle ..dans l’océan , ceux ci ne semblent guère gouter la chose ! au soleil çà doit tirer un peu.

Une étape à CASABLANCA et atterrissage à BORDEAUX le lendemain , fin du voyage !

Beau pays que le sénégal peuplé d’habitants très attachants et très attachés à la france . Dommage que quelques uns , très atta…chiants gâchent un peu le séjour..

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus